Gbagbo ne veut rien céder

alkhabar.fr .. Le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo s’accroche au pouvoir, malgré les mises en garde répétées de l’ONU. Sa stratégie, l’attaque: il a accusé vendredi la communauté internationale de se livrer à une "tentative de coup d’Etat", en soutenant son rival Alassane Ouattara. Vendredi, Laurent Gbagbo s’est prêté à l’exercice présidentiel des vœux à la nation. Une façon pour le chef d’Etat de montrer qu’il ne compte pas céder aux pressions internationales et laisser la place à son rival Alassane Ouattara. S’affichant sûr de son bon droit, Laurent Gbagbo a même qualifié le soutien de la communauté internationale à son rival de "tentative de coup d’Etat". "Je suis là où les Ivoiriens m'ont placé par leur vote. Nous ne voulons pas céder"', a-t-il martelé. Le président ivoirien sortant en a donc rajouté, alors même que l’ONU venait de lui adresser une mise en garde. "Les chefs d'Etat et autres acteurs ne sont plus assurés de pouvoir impunément commettre des violations atroces des droits de l'Homme" depuis l’existence de la Cour pénale internationale (CPI), a prévenu Navi Pillay, Haute-Commissaire des Nations unies pour les réfugiés, faisant état de la découverte d'au moins deux charniers. Jeudi, dans un communiqué de son siège new yorkais, l’ONU avait déjà témoigné de sa vive inquiétude, quant au risque de violences ethniques en Côte d’Ivoire. Les pro-Gbagbo à l’assaut de l’hôtel du Golf ? Pied de nez supplémentaire à la communauté internationale, Charles Blé Goudé, chef des Jeunes patriotes (pro-Gbagbo), a menacé de lancer samedi, "à mains nues" ses troupes à l’assaut de l’hôtel du Golf, où est retranché Alassane Ouattara. Ban Ki-moon s’est élevé contre cette initiative, qu’il a qualifié de risque de "violence généralisée". Pour le Premier ministre d’Alassane Ouattara Guillaume Soro, la Côte d’Ivoire est déjà en guerre civile. Selon lui, 200 personnes auraient déjà été tuées par les partisans du président sortant. A Genève, les cinq experts du groupe de travail sur les disparitions forcées ou non-volontaires ont fait état dans un communiqué de centaines de personnes arrêtées par les éléments pro-Gbagbo qui seraient détenues au secret et exposées à la torture. Guillaume Soro a donc appelé la communauté internationale à agir vite pour renverser Laurent Gbagbo. Pour le moment, Londres, même si elle ne veut pas missionner de troupes, s’est dite favorable à une intervention militaire ouest-africaine dans le pays. La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest doit envoyer lundi à Abidjan les trois émissaires qui avaient été dépêchés sans succès mardi dernier alkhabar.fr françois chabat samedi 1 janvier 2011


Les commentaires reflètent l'opinion des propriétaires

Ajoute commenatire
Nom :

Email :

Commentaire :