La grippe A progresse plus vite en France qu'ailleurs

Après la Grande Bretagne et l'Espagne cet été, c'est en France que le virus de la grippe H1N1 progresse le plus rapidement en Europe. Avec plus de 100 000 nouveaux cas suspect par semaine, l'Hexagone « est le pays d'Europe où il y a le plus de cas actuellement», explique Gregory Hartl, porte-parole de l'OMS (Organisation mondiale de la santé). «L'activité grippale reste basse en général en Europe et en Asie, à l'exception de la France, qui signale des augmentations de maladies grippales au dessus du niveau d'épidémie de grippe saisonnière», indiquent les experts de l'OMS dans leur bilan hebdomadaire sur la pandémie. Mercredi, la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, avait d'ailleurs estimé qu'on pouvait considérer que l'épidémie de grippe H1N1 avait commencé en France métropolitaine. Un pic épidémique fin octobre Dans son dernier état de situation publié mardi, l'Institut de veille sanitaire français (INVS) fait état de 164 cas de grippe pour 100 000 habitants, soit le double du seuil épidémique de 84 cas pour 100 000 habitants. Le nombre de nouveaux cas de grippe en France métropolitaine (début brutal d'une fièvre supérieure à 39°C, courbatures, signes respiratoires comme une toux) a ainsi été estimé à 103 000 pendant la semaine du 7 au 13 septembre. Selon Françoise Weber, directrice de l'INVS, «on peut s'attendre à une hausse progressive du nombre de cas pendant trois à quatre semaines pour atteindre un période de pic épidémique fin octobre, début novembre, mais c'est une alchimie complexe». Et la médecin de préciser «qu'il est difficile d'expliquer pourquoi ça démarre» : «Il y a tellement de facteurs en jeu, estime-t-elle, les calendriers scolaires, les modes de vie, la densité de population... c'est difficile à dire, mais à un moment, tout est réuni pour que ça démarre.» Si en France, les tests pour identifier les virus en cause ne sont pas réalisés, la précocité et l'ampleur de l'épidémie laissent à penser aux spécialistes de l'OMS qu'elle est largement due au nouveau virus H1N1, responsable dans le monde d'environ 60% des cas de grippe. 3 486 morts dans le monde Le dernier bilan français, vendredi, reste à 27 malades décédés de la grippe H1N1, mais les autorités françaises n'entendent pas passer dans l'immédiat en niveau 6 d'alerte pandémique, estimant que «l'impact de l'épidémie ne le justifiant pas pour l'instant». Dans le monde, le virus a tué a grippe au moins 3 486 personnes dans le monde depuis l'apparition du nouveau virus en mars-avril, a annoncé l'OMS vendredi, soit une augmentation de 281 décès par rapport au précédent bilan publié il y a une semaine par l'organisation. Au total, l'OMS a eu connaissance de 296 471 cas avérés par des analyses en laboratoire - contre 277.607 la semaine dernière - mais ce chiffre semble bien en deçà de la réalité : les pays les plus affectés ne procèdant plus à des analyses systématiques.


Les commentaires reflètent l'opinion des propriétaires

Ajoute commenatire
Nom :

Email :

Commentaire :